Dogs @ Portobello Road

Un petit retour en arrière de quelques années. J’ai fait cette photo début décembre 2006 à Notthing Hill. Je cherchais Julia Roberts mais j’ai eu le coup de foudre pour ces 3 petites bestioles…

Chiens de Portobello Road - Marché de Notthing Hill

Chiens de Portobello Road – Marché de Notthing Hill

mais attention, le panneau dit bien qu’un chien c’est juste pour noel, pas pour tout votre vie ! (if I am not mistaken…)

Share Button

Petit week-end

Ce weekend Pam et moi avons fait un saut flash éclair à Londres. Nous voulions revoir Raymonde et Bobby avant qu´ils ne partent pour l´autre bout du globe, récupérer les quelques affaires qu´on avait encore là-bas et pis aussi descendre 2/3 pintes au White Lion.

Arrivés vendredi soir, nous sommes directement retournés à notre ancienne maison de Dollis Hill. Juste le temps de recharger mon Oyster Card et de sauter dans le métro. On reprend tout de suite nos vieilles habitudes. On a vraiment l´impression de ne pas avoir quitté Londres. C´est assez étrange comme sensation. On retrouve la Jubilee Line, la station de Dollis, les odeurs de chicken, la maison, mon ancienne chambre… La mode anglaise n’a pas (encore) changée. Les anglais sont toujours aussi accrocs aux slims et chaussures moches (Uggs entre autres)…

Samedi matin, le soleil est au rendez-vous. Il fera d´ailleurs super beau et chaud tout le weekend. Visiblement ça change de l´été qu´il y a eu.

Aujourd’hui c´est journée shopping et nous partons sur le coup de 11h pour Oxford Street !! Pam passe rapidement faire un petit coucou à ses anciennes collègues. Ensuite nous rentrons dans le vif du sujet. Il y a toujours autant de monde chez Gap et Primark mais je ne peux rien dire, c’est pour moi les qu’on fait les magasins !
Vers 14h30 il commence à faire faim et un Burger King nous tend ses woopers. Impossible de résister 😛

Ensuite nous passons rapidement à mon magasin photo pour dépenser les sioux qu´il me reste sur mon compte anglais, principe de précaution, avec toutes ces banques qui ferment, on ne sait jamais… 😐 Malheureusement ils n´ont plus le flash que j´avais repéré ! faudra que je revienne 😀

Nous retrouvons ensuite mon cousin à Covent Garden et partons faire un petit tour à Camden Town. Après les pantalons et les pulls, je vais essayer de me trouver des chaussures…
Camden ne change (heureusement) pas et c’est toujours aussi bondé et dépaysant. Je ne m’en lasse pas !
Je rentre pourtant broucouille sur Covent Garden. Encore quelques magasins rapides sur Long Acre mais ils ferment et de toute façon, on a rdv au White Lion. Bobby nous rejoint, Aurore et son mari arrivent aussi. Il est enfin l’heure de ma première Guinness ! La soirée commence bien, ca fait plaisir de retrouver les bobby, Aurore, Grant et mon cousin. De plus, comme souvent à Londres, on fait rapidement connaissance avec nos voisins de trottoir. Ils nous offrent même quelques coups [:p]. Ma seule déception sera de ne pas pouvoir manger un meat platter à l´étage puisque le restaurant ferme… il n´est pourtant même pas 9h. Les filles décident d´aller manger au japonais, nous on reste encore un peu. Jusqu´à la fermeture en fait. Ensuite direction Leicester Square et son fameux Burger King pour un dernier Wooper, puis Green Park pour prendre la Jubilee et rentrer.

Dimanche matin, pas trop le temps de rêvasser, on replie nos affaires et partons prendre un petit déj anglais dans un coffee shop voisin. Le cadre est top, le petit dej en terrasse fait du bien mais se fait attendre ! 1h pour amener 4 assiettes, c’est un peu long !
Retour à la maison puis départ pour notre train de 15h 🙁 C’était court mais c’était bien !! A bientôt Londres 😉

Voici quelques photos de Camden Town. J’avais pas eu le temps de les développer plus tôt !

 

Share Button

London Zoo

Dimanche dernier Pam (lire son Article sur le Zoo) et moi avons été faire un saut au zoo de Londres. Ça faisait bien des années que je n´avais pas mis les pieds dans un zoo. Je m´attendais à un zoo, heu, comment dire… classique ! C´est à dire le genre de zoo ou j´allais quand j´étais petit… avec des animaux couchés, amorphes, au fond de leur cage. Bref, un peu dans le genre du zoo de Vincennes, cette curieuse ménagerie si bien décrite par Bénabar dans « le zoo de Vincennes » (cf texte en bas de l’article).

En fait, j´avais tout faux ! Le zoo de Londres et vraiment innovant
Pour attirer le visiteur (et le convaincre de payer £17 !! :|, le zoo de Londres a su/du redoubler d´ingéniosité.

Premièrement, il est très grand (nous y avons passé plus de 5 heures) et avec de très nombreuses espèces… de la fourmi à la girafe, du lézard au tigre, du perroquet au pingouin, du noctarium à l´aquarium, il y en a pour tous les goûts !

Outre cela, le Zoo propose quotidiennement des conférences organisées par le personnel et souvent illustrées par des expériences réalisées avec les animaux.

Encore mieux, pour être sûr de voir le lion en activité, pourquoi ne pas lui rendre visite à l’heure de sa pâtée? La carte du zoo contient toutes les infos nécessaires pour être toujours plus près et mieux observer les animaux.

Enfin, la dernière idée du zoo s´appelle «meet the animals». Il s´agit tout simplement d´espaces où les animaux peuvent évoluer en semi-liberté. Au visiteur de s´inviter dans leur environnement naturel récréé pour l´occasion. Ainsi au « Butterfly Paradise », grande serre où la température avoisine les 35°C, il est possible de voir évoluer des centaines de magnifiques papillons qui n´hésiteront pas à se poser sur vous si vous êtes chanceux (bon évidement s´ils ne se posent pas dans votre dos ou sur votre tête 😛).

Un peu plus loin, c´est la foret tropicale qui est recrée. Il fait également très chaud mais c´est surtout l´humidité qui dérange ! Heureusement que les singes sont la pour nous divertir. Ils sautent partout, n´hésitent pas à venir nous observer de tout près et viennent également manger dans des coupelles judicieusement placées à quelques dizaines de centimètres au dessus de nos têtes.

Deux grandes volières permettent d´approcher de magnifiques oiseaux tropicaux… à photographier sans modération (et sans grillage, c´est encore plus beau). Il faudra cependant bien observer et écouter pour débusquer animaux cachés entre les feuilles.

Ce principe qui a fait le succès du biodôme de Montréal qui recrée 4 écosystèmes différents, semble également attirer les Londoniens si l´on en croit le nombre des personnes présentes dimanche dernier ! Maintenant je ne me souviens pas avoir pu approcher les animaux du biodôme d´aussi près.

Quelques photos de notre visite :

Mes petits chouchous : les Squirrel monkeys !! trop beaux !

A « big cat » comme y disent ici !!

Des papillons

Celui ci devait bien faire la taille de ma main. On se demande comment il vole avec les énormes trous qu’il a dans les ailes.

Un petit pingouino pensif

Attention, certain animaux se promènent en complète liberté ! :S

Sophie dans toute sa splendeur

Celui ci se régale d’un grain de raisin presque aussi gros que sa tête !

Finalement le Zoo de Londres m´a réconcilié avec les zoos en général. En espérant que tous les zoo reprendront ce principe dans prochaines années. Je pense que le visiteur comme les animaux ont tout à y gagner !

Fini avec les Zoos à la Bénabar. Va falloir revoir le texte de ta chanson… c’est ballot… m’enfin qu’est ce que tu veux, c’est les risques du métier 😀

 

Le zoo de Vincennes (Bénabar – Les risques du Métier)

Le rhinocéros du zoo de Vincennes

Sa peau est une écorce qui craquelle, il traîne

Licorne monstrueuse aux paupières de terre glaise

Mastodonte de peine sans espoir de remise

Vieillard, un enclos de béton vieux
Vieille gloire, un hospice de banlieue
A l’étroit piégé dans le zoo de Vincennes
Une baleine noyée dans les eaux de la Seine

Quel chagrin, quel triste monde
Où la savane se fane à l’ombre
De la fausse montagne du zoo de Vincennes

Dans ce minable safari domestique
Où même le roi de la jungle abdique
Loin de la savane et des vastes plaines
Le lion est un vieux beau à bedaine

Crinière en calvitie, derrière son grillage
Il ne tourne même plus comme un lion en cage
A quoi bon encore jouer les bêtes féroces
Quand on ne fait même plus peur aux gosses

Quel chagrin, quel triste monde
Où la savane se fane à l’ombre
De la fausse montagne du zoo de Vincennes

Sous la volière des rapaces résignés
Regardent en l’air sans plus rien espérer
A côté les simagrées des singes sans gène
Et un petit train que les enfants dédaignent

Un couple d’éléphants piétine d’ennui
Aux défenses d’ivoire inutiles et ternies
Pour essayer d’atténuer la déprime qui les gagne
Faudrait un Lexomil gros comme un pain de campagne

Quel chagrin, quel triste monde
Où la savane se fane à l’ombre
De la fausse montagne du zoo de Vincennes

Est-ce que chez eux, les enfants d’Afrique
Vont visiter des parcs zoologiques
Pour voir enfermées des bêtes qui viennent de loin
des chats, des pigeons, des horodateurs ou des chiens

Le zoo de Vincennes, sinistre fête foraine
Arche de Noé de banlieue parisienne
Curieuse ménagerie triste et funèbre
Où les animaux s’emmerdent.

Quel chagrin, quel triste monde
Où la savane se fane à l’ombre
De la fausse montagne du zoo Vincennes
Dire que j’en suis l’indigène

Share Button
Copyright Pierre-Etienne MOUHOT - © PEM 2013