Des Francs-Comtois à Londres !!


Warning: Illegal string offset 'filter' in /homepages/24/d147758718/htdocs/SITEPEMPHOTO/wp-includes/taxonomy.php on line 1404

Cette année ce n’est pas dans mon canapé ou encore derrière la porte d’entrée que j’ai trouvé mes amis (où les « gars louches » se faisant passer pour eux !) mais bien à la gare ! La surprise était donc moins grande (encore que voir le Gros arriver à Londres tout seul c’était déjà énorme :p). Aussitôt récupéré à la gare il nous dit qu’il est malade, que l’air climatisé de l’avion lui à asséché la gorge et qu’il risque de ronfler. Pas cool ! Par précaution, on préfère remettre à plus tard notre visite de London By Night et se rendre à la pharmacie la plus proche. Elle est au coin de notre rue et propose des traitements efficaces à base d’eau et de houblon. C’est presque miraculeux de voir le Gros se requinquer aussi vite (il reprend des couleurs à [s]la[/s] vue de [s]son[/s] nez). De plus, il est presque bilingue maintenant et commence à comprendre l’anglais du barman Allemand qui à parle français (ou inversement). Malheureusement arrive l’heure d’aller faire ronfler le Gros si on veut être en forme pour aller chercher le Niais et son épouse (la Marie !) à l’Eurostar.

Après une arrivée surprise elle aussi, (puisqu’ils avaient réussi à effacer l’affichage de leur train du tableau des arrivées) nous voila en direction de la maison pour déposer leur sac. Il est très lourd à en croire le Niais qui se plaint (comme d’hab :|). Seulement je comprends mieux à l’arrivée : ils ne sont pas venus les mains vides !!
Mont d’Or, Cancoillotte, Morbier, Comté, saucisses de Morteau et Montbé, chocolats et enfin, vin blanc, jaune et même macvin (du Jura quoi!!). De quoi faire une vraie boîte chaude cette fois (encore que Marie aurait pu ramener quelques patates de chez elle :D)!!!
Malheureusement pour eux les repas du week end étant déjà tous bookés, ils n’y goûteront pas! Mais Raymonde et Bobby n’en s’en dégouttent pas (c’est pas faute d’essayer pourtant! ;))
Enfin on repart en direction de Piccadilly histoire de commencer l’aprèm par un bon repas anglais (Burger King). Un saut rapide à Buckingham et direction Oxford Street pour aller chercher ma chérie. On continue par Carnaby Street où l’heure est venue de faire goûter au Niais une bonne Guinness ! Il en raffole! 😀 On a même du mal à repartir tellement il prend le temps d’apprécier sa pinte. Finalement on se remet en route pour China Town, passons chercher quelques Jelly Beans et arrivons à l’heure à Covent Garden pour cueillir Raymonde à la sortie du boulot. Bobby vient de nous rejoindre aussi et on peut enfin s’humidifier les muqueuses mises à mal par l’air froid et sec de Londres (le claquage guette le touriste et une hydratation régulière est nécessaire). On a même envisagé la gourdasse pour le Gros (mais on l’a pas trouvée. pourtant l’anglaise n’est pas farouche 😐 :p, oups pardon …)

Ensuite l’étape importante est de monter d’un étage afin de se restaurer dans ce pub que nous connaissant bien maintenant : Le White Lion !
Bonne bouffe, mauvaise bière à en croire le Niais (quand je vous dis qu’il râle tout le temps) et finalement retour à la maison pour essayer de se reposer un peu malgré le petit bourdonnement [s]digne d’un boeing 747 en bout de piste[/s] qui sortait des narines du Gros !! 😐

Dimanche : petit déj classique (pain et cancoillotte) puis direction Camden Town histoire de dépayser un peu ces touristes blasés par les grandes villes. Repas sur place puis thé au Starbuck’s avant de partir pour London Bridge. Cette fois on visite le Tower Bridge. Quelques photos et on redescend, ça va fermer. On longe ensuite la Tamise en direction du Tate Modern, du London Eye, de Big Ben, le parlement, puis direction Trafalgar Square par Saint-James parc. Enfin on regagne Leicester pour prendre le métro du retour. Le repas de ce soir est servi par l’Indian take away du coin de la rue. On se re-pète le bide et direction le dodo pour une nuit étrangement calme (merci les boules quies :D).

Lundi matin, réveil à l’aube par le Niais qui me balance des chaussettes dessus pour que je me lève. Même pas un Bon Anniv’, rien :/ ! ça fait plaisir, vive la France !! En plus faut que j’aille acheter de quoi faire un petit déj anglais à mes convives. Y’a rien de tel pour commencer la journée. Une fois ta brique dans l’estomac, t’as qu’une envie c’est d’aller te recoucher… mais pas question, on a rdv avec les scrinnkrels (mot déposé par Beignet. En fait c’est un peu comme des gros écureuils en fait!). Comme d’habitude, le cimetière de Brompton grouille de vie. Quelques photos plus tard il est déjà temps de regagner Liverpool Street pour déposer le Gros dans son train. Sniff  🙁 :(.

Ensuite nous allons à St Paul Cathedral pour découvrir une vue magnifique sur Londres que je ne connaissais pas (comme dirait Guigay [:p]). Après quoi nous allons nous reposer au Starbuck’s histoire de faire un petit somme à tour de rôle. Nous prenons la route de Covent Garden pour retrouver Marion et Thierry. Ce soir Pam nous emmène dans un resto Brésilien où la viande est à volonté, de quoi ravir Beignet !! Tout le monde d’ailleurs, c’est délicieux, on se (re)pète la panse…. retour en métro, dodo (sans bruit et sans boules quies), boulot 🙁

Voila dans les grandes lignes le week end de mes 26 ansÇa m’a fait plus que plaisir de revoir mes deux meilleurs potes, surtout à Londres et avec ma chérie, Marion et Thierry et bien sûr Marie-Laure.

Maintenant de quoi illustrer un peu cet excellant week end… (pas facile de faire le tri dans les photos)

On est pas beaux là ?! (ouais, surtout celui du milieu je sais :|)

Courage Beignet, ça fait qu’un demi-litre ! 😉

Et pour finir un petit effet réalisable avec deux briquets Bigard, une pause longue et un peu de temps… (garantie sans trucage!!)

Share Button

Bonbois, c’est comme le vin


Warning: Illegal string offset 'filter' in /homepages/24/d147758718/htdocs/SITEPEMPHOTO/wp-includes/taxonomy.php on line 1404

Une fois n’est pas costume, je dois bien reconnaître que Djé avait raison… Comme il disait, « il ne peut y avoir deux années exceptionnelles consécutives« … Partant de ce principe et sachant que Bonbois 2006 avait été remarquable avec 35 personnes venues de partout pour faire la fête jusqu’au bout de la nuit, ça plaçait la barre vach’ment haut pour la cuvée 2007. Mais attention, que l’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit… Bonbois reste Bonbois et c’est toujours l’événement que l’on (disons au moins moi et ma personne) attend impatiemment d’une année sur l’autre !

Après un changement de date de dernière minute qui a failli dissuader les dernier récalcitrants de venir (hein Aline, mais y’en faut plus que ça pour que tu rates un Bonbois :|) Bonbois s’est déroulé le week-end dernier. D’ailleurs niveau temps, je crois qu’on a bien fait. Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas eu un Bonbois aussi ensoleillé (genre depuis 2001 😐) et tant pis pour la douche Tahiti. Petit bémol néanmoins, le soleil n’avait que très peu réchauffé l’eau turquoise de cette petite rivière du fin fond du Haut-Doubs: le Dessoubre. Encore que bon, d’après Le Gros, une rivière de montage, été comme hivers, par temps de pluie comme sous le soleil, la température est constante… bref disons simplement que si elle avait été constante à 22 degrés (c’est-à-dire le double de sa température…) et ben on y resterait plus longtemps.

C’est donc vendredi 24 au soir, vers 21h que nous sommes (enfin) arrivés à Bonbois. La vieille ferme n’est qu’à une heure de route de Besac mais Pam et moi auront quand même mis plus de 24h pour s’y rendre (tube, bus, bateau, train et enfin voiture… :s). Après un rapide tour chez Métro pour faire les dernières emplettes le RDV est fixé devant la boucherie pour partir. On est déjà une petite quinzaine. Arrivés à Bonbois, y’a plus qu’à lancer le feu (condition sine qua non pour manger) et passer en terrasse pour l’apéro. Il fait beau alors on va pas s’enfumer à l’intérieur. La soirée se déroule tranquillement. Les derniers à arriver sont une brochette de cousins/cousines du Gros. Même les bretons arrivent avant eux mais faut dire qu’on est pas pressé chez les Pagnot. Au repas de ce soir, c’est merguez et saucisses fournit par notre sponsor officiel : la boucherie René Pagnot (since 1999!).

En tous cas, ça fait bien plaisir de revoir tout le monde. Faut dire qu’il y a du beau monde… les habitués: Le Gros, sa sœur et son frère, Le Niais et son épouse, Ma poule et la sienne, Gael et Marie, Flore et son futur mari, Monique et toute la clique de cousins habituels ou nouveaux. Sans oublier Pam qui découvre le Haut-Doubs pour la première fois. Tout ce petit monde pour faire la fête jusqu’à pas d’heure. Tout le monde est plus ou moins en forme et la soirée se passe super bien. Seul regret pour Ma Poule, c’est que Berth ait oublier le micro à Besak… pfff trop dur.

Gael et Marie profitent d’un moment de calme relatif pour nous apprendre qu’ils vont être parent 😎 !! ça tombe bien; on cherchait justement un truc à fêter 😛

Avec tout ça, l’heure tourne vite et il est déjà relativement tard (ou tôt vu qu’il est 4h/5h) et on décide d’aller rejoindre la grande majorité des personnes déjà couchées. Ça fait du bien de retrouver un lit, même si c’est pas le meilleur que je connaisse, à l’heure où l’on se coucher ça fait presque 48h que Pam et moi n’avons pas été dans un lit… et les quelques heures où nous avons pu dormir dans le bus/train n’ont pas été vraiment réparatrices.

Samedi matin il fait toujours super beau et même si le soleil qui donne en plein dans la chambre attaque un peu les paupières, ça fait plaisir de se lever en pleine nature face à la montagne! Il est 11h et c’est l’heure de prendre un petit déjeuné essentiellement constitué à base de confiture locale, à savoir, la cancoillotte !! on a deux jours (soit 1 de moins que l’année dernière) pour venir à bout de ce pot de 5 kg… on n’y arrivera pas d’ailleurs :(. Faut dire que cette année Gael n’en reversera pas partout 😛

Une fois que tout le monde est levé et s’est restauré, c’est l’heure de compter les personnes volontaires pour une petite baignade revigorante dans le Dessoubre. Visiblement peu sont motivés. Même Berth préfère aller se recoucher… pfff. M’enfin on charge la voiture et Le Gros, Machin (désolé mais skoi ton nom déjà?), Ma poule, Pam (qui préférera le rôle de photographe à celui de baigneuse) et moi partons. La montre joue pour nous puisque, étant donné que l’on doit aller chercher Pascal à la gare de Besançon; la baignade sera ainsi écourtée au maximum.. c’est-à-dire: 10 minutes pour faire un trou dans la glace :D, une heure pour se mouiller, 2 minutes dans l’eau, une heure pour se réchauffer et hop, nous revoilà à Bonbois. On dépose les gens et direction Besançon. Juste le temps de faire l’aller/retour et on revient pile poil pour l’apéro ! Pendant notre absence des jeunes se sont incrustés à la fête. C’est des petites cousines éloignées du Gros et leurs copines. Ça fait grave chuter la moyenne d’âge… on se dit qu’on a bien fait d’inviter Pascal pour qu’il redresse la barre :P.

Du coté des absents, on compte Gaël et Marie qui préfèrent éviter les émotions fortes au futur petit. Marie-Laure n’est pas là non plus puisque son niais de mari travaille de nuit à la gendarmerie (pfff si Le Gros n’avait pas changé la date au dernier moment aussi !).

Niveau repas, ce soir c’est patates au feu, saucisses de Morteau et cancoillotte à volonté ! pas dégeu ! Un bon repas Franc-Comtois, ca faisait longtemps. Quasiment depuis la boite chaude Londonienne.

Là où ca se gâte un peu c’est que les jeunes ont investi la piste de danse et passent des chansons de maintenant… fini la bonne musique des années 80, faut se farcir du pseudo rapt de merde (pléonasme). Pfff c’est plus ce que c’était Bonbois. Bref vers 1 ou 2 heures du mat on fini par accéder au PC. On peut enfin mettre notre musique ce qui fait vite dégager les plus jeunes. On a bien pourri l’ambiance mais en même temps c’est pas comme si c’était pas fait exprès ! 😉
Sur le coup de 4/5 heures, il est grand temps d’aller faire dormir nos yeux. Comme hier, on est encore parmi les derniers à se coucher.

La dimanche matin on se lève sur le coup des 10h. Petit déj, douche, glandouille et finalement vers le début de l’aprèm, on part faire notre petite ballade annuelle. C’est torché en 30 minutes, on a plus qu’à prendre la direction de Besac. On va larver tranquillement dans un parc histoire d’attendre 18h, l’heure à laquelle Pascal à son TGV.

Ensuite on va chez mes parents profiter un peu de ma famille (parents, oncle, cousine et petites cousines). Ca sera de courte durée puisqu’on se couche vers 23h. En effet lundi matin, Pam doit prendre le train pour Toulouse à 5h et moi celui pour Londres 30 minutes plus tard!!  🙁  🙁 le week end tant attendu est déjà fini. :/

Enfin la connerie du jour. N’étant pas assez chargé et fatigué et surtout, étant assez stupide pour penser que j’allais faire du vélo à Londres j’ai décidé de ramener un vieux VTT de chez mes parents. Ça faisait bien 8 ans qu’il était à la cave et que je ne m’en étais pas servi. Bref. Pour le voyage, il fallait que je l’emballe dans un grand carton (vous imaginez). Donc dimanche soir, je remonte mon vélo de la cave, démonte les roues et les pédales et mets tout ça dans un carton. J’espère juste qu’ils me feront pas chier à Lille pour monter dans l’Eurostar. Bon c’est un peu lourd et encombrant mais ça devrait le faire. J’ai juste le changement de train à Lille. Le voyage se passe bien mais manque de pot, arriver à Londres, devant Waterloo, j’ouvre mon carton et je commence à remonter mon vélo (pas question que je me tape 1h de métro avec ce coli). C’est chose faite ! je monte dessus, j’ai mon gros sac qui pèse une tonne sur le dos. Je m’élance en direction d’Hammersmith. J’ai à peine donné deux coups de pédales quand je me rends compte que mon dérailleur déconne. C’est presque impossible de pédaler, la chaîne n’arrête pas de sauter ! Bon j’arrive tout de même à rentrer chez moi tant bien que mal mais en y regardant de plus près, voila ce qu’il faudrait que je change pour remettre en état mon vélo :
– chaîne, plateaux, pignons,
– dérailleur arrière de sur (avant peut être)
– 2 gantes, 2 chambres à air, 2 pneux et les 4 patins de frein.
en gros, je peux garder la cadre, la potence, le guidon et la fourche (qui sont par ailleurs quasi neuf puisque changés suite à une casse en descendant des escaliers…)

Moralité, j’ai meilleur temps de changer de vélo. J’ai bien fait de le ramener ici… :/

Sinon lundi dernier, en arrivant à la maison vers 13h bah je voulais faire une ‘tite sieste rapide et faire cet article. Me suis réveillé à 19h30… j’ai mangé, bouquiné une heure et me suis recouché jusqu’à 8h le lendemain 😛

Pour résumer, Bonbois c’est pas de tout repos mais c’est quand même vach’ment bien. Dire qu’il faut encore attendre 362 jours avant Bonbois 2008 ! Mais bon ça sera les 10 ans puisqu’on y va depuis 1999 ! (si vous avez un soucis avec le calcul Le Gros vous dira simplement que « c’est comme quand on tue des vaches, on commence pas à zéro »… c’est logique non?! 😛 z’avez compris ? 😀)

Bref on se voit tous le we du 30/31 Aout 2008. Viendez y’a de la place et faut du monde pour contrer les p’tits d’jeunz qui viennent nous envahir à Bonbois !

Et maintenant, quelques photos :

Le gros ouvre ses kdos, faut pas oublier que Bonbois c’est avant tout l’anniv Du Gros

Le Gros nous fait une démonstration de chaussettes anti-alcoolique (c’est un échec)


La maison…


Le dessoubre ! bien glace !!

mes couilles, c'est du béton

Ouais, je sais…

 

Bon ok, fini de faire le con... ouais oh c'est bon, j'y vais...

Quand on y est, elle est… heu… toujours aussi froide!

georges

Pascal, 3000EUR de matos photos dans la voiture et il prend des photos avec son APN de merde… 😛

Share Button

Ingrid Bétancourt… 5 ans de captivité


Warning: Illegal string offset 'filter' in /homepages/24/d147758718/htdocs/SITEPEMPHOTO/wp-includes/taxonomy.php on line 1404

Ce 23 février 2007 est un triste anniversaire puisque cela fait maintenant 5 ans jour pour jour qu’Ingrid Bétancourt et Clara Rojas ont été kidnappées par les Forces Armées Révolutionnaires Colombiennes (FARC).
Pour ceux qui ne le savent pas, Ingrid était en pleine campagne présidentielle lors de son enlèvement. Elle devait se rendre dans une ville du sud du pays pour y prononcer un discours présentant son programme de lutte contre la corruption et montrer son soutien envers cette partie du pays ravagée par le guerre civile. Sur une fausse information du président colombien, elle apprend que finalement elle ne pourra pas faire le reste du trajet en hélicoptère comme cela lui avait été confirmé par le frère du président quelques heures auparavant. Elle décida alors de faire la route en voiture. Ce trajet, entamé il y a 5 ans, devait traverser une zone de foret contrôlée par les FARC.
Quelques kilomètres plus loin, la voiture tombe dans un guet-apens et Ingrid Betancourt et sa directrice de campagne Clara Rojas sont toutes les deux kidnappées.

Depuis 5 ans, Mélanie, la fille d’Ingrid fait tout ce qui est en son pouvoir pour revoir un jour sa mère. Alerté par ses cris de détresse, Renaud s’est joint à elle pour renforcer le moral des nombreux comités de soutiens qui se sont créés. Renaud et Raphael Mezrahi ont à plusieurs reprises mobilisé d’autres artistes afin d’organiser des galas de soutiens médiatisés.

L’année dernière, j’ai pu assister à quelques unes de ces mobilisations. Il y eu 2 concerts avec des très nombreux invités :
Le 24 octobre 2005, Romane Serda, Raphael Mezrahi, Jean-Louis Auber, Julie Depardieu, Hugues Aufray, Bénabar, Louis Bertignac, Calogéro, Christiania Reali, Julien Clerc, Clarika, Bernard Lavillier, Yves Duteil, Robert Hossen, I Muvrini, Jeanne Cherhal, Zazie, Douste-Blazi et Florence Aubenas avaient répondu présent à l’appel de Renaud. Le rendez-vous était au théâtre des Champs Elysées, pour une soirée longue soirée musicale.

4 mois plus tard, une soirée rire contre les larmes se déroulait au Bataclan. De nombreux comiques étaient venus faire un de leur sketch. Il y avait Raphael Mezrahi, Laurent Baffie, Jean-Marie Bigard, Maurice Chevalier et Régis Laspalès, Florence Foresti, Jean-Luc Lemoine, Denis Maréchal, Pierre Palmade, Anne Roumanoff, Laurent Ruquier, Bruno Salomone, Elie Sémoun et Charlotte De Turckheim, pour nous faire rire. Tout ce beau monde a été rejoint par M. Renaud Séchan et Mme Romane Serda pour chanter en cœur dans la jungle

Voici quelques une de mes photos de ces soirées :

Raphael Mezrahi Libertad

bigard
laurent baffie
bigard palmade
salomone
chevalier laspales
elie semoune

lemoine chevalier laspales

renaud romane serda

renaud romane serda

renaud

Trois jour plus tard, soit il y a exactement un an, Vinz, Malo et moi étions au zénith de Rouen pour assister à un concert exceptionnel : 18 artistes, étaient venus chanter deux chansons de leur répertoire en guise de soutien à Ingrid. Comme la soirée au Bataclan, celle-ci fut inoubliable. Debout dans la fosse, nous n’avons rien perdu de ce concert de plus de 4 heures où l’on a pu voir Renaud et Mezrahi (la fine équipe) présenter un à un leurs « copains » venus leur prêter main forte dans cette noble cause.
Le concert a commencé par un jeune talent Bisontin :

Aldebert et sa clique de musiciens (la chicane, touf & co), Renaud dira de lui qu’il aurait « bien voulu écrire certaines des ses chansons » !! Dommage qu’il soit passé au début, la salle était encore une froide. Raphaël Mezrahi fera tout de même allumer la salle pour compter les supporters d’Aldebert (facilement reconnaissable avec leurs T-shirts rouges vifs… En tout cas, si Renaud ne nous a pas tous vu à cause du projecteur qui’il avait dans les yeux, moi, debout dans l’allée centrale, il ne m’a pas loupé 😀 Suite à ce concert M. Aldebert himself est même venu poster un petit message sur le livre d’or de mon blog)

aldebert renaud Mezrahi

– suivi d’Hugues Aufray,

Hugues Aufray

Agnes Bihl, teigneuse à souhait,

Carla bruni

Carla Bruni, qui sera forcée de jouer l’intro de Raphaël sous la pression de Mezrahi (elle a vraiment écrit cette chanson pour lui ?! )

Jeanne Cherhal visiblement intimidée par ce zénith plein à craquer mais qui nous a tout de même remarquablement interprétée la photo de mariage. Toute seule au piano… que du bonheur,

jeanne cherhal

Clarika nous chantera Marco, chanson écrite pour Marc Beltra, un de plus disparu en Colombie en 2003,

 

 

 

Benoit Dorémus, encore un bisontin 😎 qui, découvert par Renaud, va faire la première partie de la nouvelle tournée de Renaud qui commence ce soir… au zénith de Rouen ! 

Eicher (pitoyable lui par contre. Problème technique, coupure de 2 minutes, il ne reprend pas sa chanson au début… bref qu’il déjeune en paix et qu’il nous la foute aussi  :P)

Milingo, artiste argentin qui interprétera la chanson tres años en la selva traduction de la chanson, Dans la jungle écrite par Renaud et hymne de soutien à Ingrid et tous les otages de Colombie.

Paul Personne… vous savez, le gars apprend la guitare 😉 !

Renaud qui interprétera ce soir là, et spécialement pour nous, Les Bobos. Il aura même le texte de sa chanson fraîchement achevée à la main.

Romane Serda, enceinte de Malone mais bien présente.

renaud les bobos
romane serda

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

– Les Têtes Raides mettrons le feu au zénith en reprenant Hexagone. 4000 personnes feront les cœurs tandis que Christian Olivier et Renaud se partagent les couplets !! Grand moment… (pas de solitude celui-là :P),

têtes raides

tetes raides renaud hexagone

huber-felix thiefaine

 

 

Huber-Felix Thiefaine, le chanteur Franc-Comtois qui ne sort que très rarement de se tanière à cette fois fait le déplacement jusqu’à Rouen pour l’occasion.

 

– Enfin Tryo, viendra finir d’enflammer ce Zénith!

tryo

Puis, pour couronner le tout et comme c’est maintenant devenu une tradition, tous les chanteurs, célébrités, personnalités, membres de la famille et bénévoles viennent reprendre en cœur le titre « dans la jungle » écrit par Renaud.

Comme pour les restos du cœur, on sort enchanté de ces concerts et on l’a presque oublié qu’il faut à chaque fois une mauvaise raison pour que des artistes se mobilisent et nous donnent autant de plaisir !

Un mois et demi après ce concert exceptionnel, l’association d’Ile-de-France organisait une marche pour les 1500 jours de captivité d’Ingrid.

Il y avait encore quelques personnalités telles que Florence Aubenas, Bertrand Delanoë (qui a fait d’Ingrid Betancourt une citoyenne d’honneur de la ville de Paris et qui a fait mettre sur le mur de sa mairie un portrait d’Ingrid), et Raphael Mezrahi.

Lors de chaque manifestation, la famille d’Ingrid est représentée par sa fille Mélanie, son fils Lorenzo ), la sœur et sa maman quand celle-ci peut faire le déplacement depuis Bogotá, son ex mari et son mari actuel.

marche libertad

libertad

ingrid betancourt marche 1500 jours detention

libertad

lorenzo melanie et le mari d'ingrid

A l’occasion du concert de Rouen, l’éditeur d’Ingrid Betancourt nous avait déposé sur chaque siège du zénith une copie de la rage du cœur, un livre d’Ingrid dans lequel elle nous montre son indignation devant la corruption qui touche son pays. Elle y raconte son combat de tous les jours contre ce fléau et nous décrit, état après étape, sa lutte pour mener sa carrière politique… si vous avez l’occasion de la lire, c’est vraiment un merveilleux bouquin… ça fait juste un peu peur de se dire que ça se passe toujours comme ça de nos jours

Bref, voila, moi j’avais un petite pensée pour Ingrid et sa famille en ce triste jour d’anniversaire, je voulais vous le dire !

Libertad!

Nous t’attendons Ingrid

Et nous pensons à toi…

 

LIBERTAD

Share Button
Copyright Pierre-Etienne MOUHOT - © PEM 2013