A la conquète du Toubkal


Warning: Illegal string offset 'filter' in /homepages/24/d147758718/htdocs/SITEPEMPHOTO/wp-includes/taxonomy.php on line 1404

Durant notre semaine à Marrakech, Abdelkarim, notre cher hôte, ne pouvant pas nous accompagner lui-même nous a aidé à trouver un guide pour nous emmener au sommet du Mont Toubkal. Le point le plus haut de l’Afrique du nord culmine à 4167m et attire chaque année quelques milliers de touristes. C’est un sommet assez facile d’accès du point de vue technique mais qui demande tout de même d’avoir une bonne condition physique et de bonnes chaussures.

Le guide que nous avions réservé devait nous emmener tous les deux au sommet. Évidement ça ne s’est pas vraiment passé comme ca. Le matin, à l’heure du rendez-vous, notre guide nous attend avec 3 jeunes anglais. Ils feront l’ascension avec nous. Il nous affrète un grand taxi pour Imlil, attend que l’on s’entasse dedans et nous averti qu’il nous y retrouve un peu plus tard. Enfin, nous voilà parti. On profite du voyage pour discuter avec nos nouveaux compagnons de souffrance. Le trek est sensé durer 3 jours alors autant faire connaissance. Comme quoi, ça sert de parler anglais, même au Maroc ! Les 65km de route passent vite surtout que notre chauffeur n’essaye plus de nous arrêter dans tous les lieux touristiques étant donné qu’on lui a fait comprendre qu’on s’en foutait un peu et surtout qu’on n’achèterait rien.

Arrivé à Imlil, commence une bonne heure d’attente. On ne sait pas où est le guide. Quand finalement il arrive, c’est en fait pour nous présenter un autre « guide » qui lui nous accompagnera jusqu’au sommet du Toubkal. On fait également connaissance avec nos 2 mules, leur muletier ainsi que le cuistot de l’équipe.
On part enfin pour 2427m de montée… 😎
Bref arrêt à la sortie du village pour acheter à la boucherie, la viande qu’il nous faut pour tenir les 3 prochains jours. Celle-ci est chargée directement dans le panier de la mule. Le sac plastique en plein soleil, la chaîne du froid est respectée, y’a pas de doute ! 😐

Et là c’est parti. Ça monte doucement à flanc de coteau. On arrive bien vite à un petit village où l’on s’arrête déjà pour manger. Ça ne fait même pas une heure qu’on marche !! Contrairement à toute attente, ils nous servent un bon plat de pâtes. Il va nous falloir des sucres lents…
Les 5 heures qui suivirent le repas servirent à dépenser ces sucres lents… en montant… lentement. A ce rythme, on a bien le temps d’apprécier les magnifiques paysages que nous traversons.
Après quasiment 1500m de dénivelé positif, nous arrivons enfin au refuge.

On préfère attendre que la douche chaude se libère plutôt que d’en prendre une froide. L’eau est tellement glacée que c’est déjà dur de s’en servir pour se laver les mains ou les dents… On mange rapidement notre tajine préparé par notre cuistot. La viande, pas très tendre, a dû cuire au soleil pendant l’ascension.

Après le repas, on va se coucher. La nuit sera courte puisque le réveil est fixé à 4h15. Elle ne sera pas très reposante non plus puisque le dortoir complet sent les pieds qui ont bien macérés et la moitié des personnes ronfle tandis que l’autre remue puisqu’elle ne peut pas dormir !! [:s]

On quitte le refuge vers 4h45 presque aussi fatigués que la veille. Il y a encore 1000m de dénivelé. On arrivera finalement au sommet vers 9h30. On reprend quelques forces puis entamons la redescente. Vers 13h on est de retour au refuge pour un repas bien mérité. Une heure après, nous repartons pour Imlil.
Normalement nous devrions nous arrêter à une heure de marche d’Imlil, pour manger et dormir dans une auberge mais finalement nous décidons de rentrer le soir même à Marrakech. Nous prenons donc un chemin un peu différent de celui que nous avons pris à l’aller. Le paysage est magnifique, les parents travaillent dans les champs et les enfants jouent dans les rues des petits villages que nous traversons.

On arrivera (enfin) en bas vers 18h30, après plus de 12h de marche, 1000m de montée et 2500m de descente !

Nous attendons que les chauffeurs de taxi sortent de la mosquée pour reprendre la route. Le retour se fera dans le silence, tout le monde étant relativement crevé… y compris le chauffeur que Pam essayera tant bien que mal de tenir éveillé !

Enfin voila tout ça pour ça :

Panorama depuis le sommet du mont Toubkal
Panorama depuis le sommet du Mont Toubkal

 

Share Button
« »
Copyright Pierre-Etienne MOUHOT - © PEM 2013